Vous êtes ici : Accueil Patrimoine mondial Ducasse de Mons Doudou Ducasse rituelle Pour les curieux Glossaire "pense-biète"
Actions sur le document

Glossaire "pense-biète"

Etes-vous incollable sur le Doudou ? En êtes-vous bien sûr ? Connaissez-vous vraiment la signification de chaque terme ? Testez vos connaissances via ce petit glossaire et épatez vos " Chambourlettes ".
 

Doudou

 
S'il est bien un mot cuisiné à toutes les sauces, c'est celui-là. " C'est le Doudou " par ci, " la cité du Doudou " par là… Les Montois eux-mêmes confondent parfois. Pour les uns, c'est clair : le Doudou, c'est le Dragon. D'autres emploient volontiers " Doudou " pour désigner la " Ducasse ". En réalité, même si l'origine exacte du terme n'est pas connue, " Doudou " désigne plus que probablement le Dragon lui-même. Par extension, c'est devenu l'air bien connu joué durant le Combat, véritable " hymne national " montois. Mais le terme "Doudou" désigne aussi aujourd'hui l'ensemble des festivités.
 
Vous pouvez dire : " Cette année, le Doudou se passe en juin "
A éviter : " J'ai emmené mon Doudou à la Ducasse "
A ne surtout pas dire : " El Doudou a terrassé le Dragon, in v'la co pou ein an "
 

Ducasse

 
Le terme Ducasse, courant en Belgique et dans le nord de la France, est une déformation de dédicace. Il désigne une fête de dédicace d'une église, c'est-à-dire une fête patronale. Interdites en France à la fin du XVIIe siècle, car elles étaient l'occasion de meurtres, les ducasses ont perduré en Belgique, pour certaines jusqu'à nos jours. La Ducasse rituelle de Mons est dédiée à sainte Waudru, et se divise en deux jeux: le jeu de sainte Waudru, et le jeu de saint Georges et du Dragon.
 
Vous pouvez dire: "La Ducasse rituelle de Mons est divisée deux jeux: celui de sainte Waudru et celui de saint Georges et du Dragon"
A éviter: "La Ducasse de Mons, c'est une grande fête de la bière"
A ne surtout pas dire: "Cette année, à la Ducasse de Mons, il y avait une grande roue et des autos-scooters"
 

Lumeçon

 
En français, limaçon ou colimaçon, le terme désignait des exercices des milices bourgeoises qui évoluaient en cercle ou en spirale. Par extension, le Lumeçon désigne à Mons le Combat de saint Georges contre le Dragon, au cours duquel les acteurs sont toujours en mouvement circulaire dans l'arène. L'origine de cette légende remonte au IVe siècle. Saint Georges, personnage mythique, aurait terrassé un dragon qui voulait, comme tribu, la fille unique du roi. La première mention d'un " jeu de saint Georges " à Mons apparaît dans les comptes de la Massarderie (l'actuel receveur communal) pour l'année 1440-1441.
 
Vous pouvez dire : " Le combat dit Lumeçon a encore attiré la grande foule sur la Grand-Place ".
A ne surtout pas dire : " J'ai assisté au Combat du Lumeçon ". Le Lumeçon étant un type de combat, cela reviendrait à dire : " Le Combat du duel ".
 

Biète

 
C'est le Dragon, naturellement. Monstre d'osier revêtu de toile verte et garni de rubans aux couleurs belges et montoises. Un crin de la queue du Dragon attrapé (pendant le Combat !) et c'est le bonheur garanti pendant une année.
 
Vous pouvez dire : " El Biète est morte. In v'la co pou ein an ".
A éviter : " T'es trop biète pour comprendre le Lumeçon ".
A ne surtout pas dire: "Cette année, el biète va tuer saint Georges, je le sens". Dans ce cas, et uniquement dans ce cas, vous pouvez répondre: voir "à éviter..."
 

Chambourlette

 
"Chambourlette" est un mot énigmatique qui désigne les " invités de la Ducasse " étrangers à la ville. A l'origine, " chambourlette ", anciennement " chabourlette ", n'est pas uniquement montois. Il est picard, au moins pour la région Valenciennes-Mons. Ce mot dériverait de " bourles ", ces boules de laiton qui garnissaient les anciens crapauds et autres poêles de nos ayeux; le (ou la) chambourlette étant celui que l'on invitait à entrer, à prendre " une chaude " auprès du feu, auprès des bourles.
 
Vous pouvez dire : " Mes chambourlettes dînent chez moi après le Combat ".
A ne surtout pas dire: " Pour la Ducasse, j'ai fait d'excellentes chambourlettes sauce tomate pour mes invités d'après-Combat ".
 

Chin-Chin

 
Les Chin-Chins sont les alliés de saint Georges pendant le Lumeçon. Facilement reconnaissables, ce sont des sortes de " chevaux-jupons ", représentant symboliquement des chiens de meute.
 
Vous pouvez dire : " Les Chin-Chins se battent toujours contre les Diables pour défendre saint Georges".
A ne surtout pas dire : " J'aimerais bien que mon pitt-bull devienne Chin-Chin pour le prochain Combat ".
 

Châsse

 
La veille de la Procession du Car d'Or, renouant avec une tradition qui remonte à 1426, la châsse de sainte Waudru est descendue de son emplacement et est confiée, au cours d'une cérémonie solennelle, par le Doyen de Mons à la garde du Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville. Cet échange de bons propos se fait en vieux français et suscite toujours un curieux intérêt auprès des étrangers à la Ville.
 
Vous pouvez dire : " La descente de la châsse fut très émouvante ".
A éviter : " Pendant la Ducasse, je pratique la châsse à court ".
A ne surtout pas dire (même s'il y a beaucoup de monde) : " Qui va à la châsse, perd sa place ".
 

Beubeu

 
Le Beubeu est un membre de la Confrérie de la Miséricorde ou confrérie de Saint-Jean Décollé, dite des " Beubeux ". Loin de n'être qu'un groupe de la Procession du Car d'Or, les "Beubeux " visitent les prisonniers, organisent des conférences, aident les plus démunis. L'origine du mot " Beubeu " viendrait d'un mot similaire évoquant la peur lors du passage de ces hommes noirs et masqués ; ou de l'ancien français " Beuber " qui signifiait marcher, accompagner en se lamentant.
 
Vous pouvez dire : " La confrérie des Beubeux possède une histoire riche de trois siècles ".
A éviter (même entre copains) : " Coucou ! Beubeu "